Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Projets financés > Autres > "Ateliers trilatéraux Villa Vigoni" > Manuscrits et textes hagiographiques (2009-2012)

Manuscrits et textes hagiographiques (2009-2012)

Textes hagiographiques

 Présentation

Coordination : Monique Goullet, Stéphane Gioanni, Martin Heinzelmann, Christiane Cosme Veyrard-Cosme

À la fin du colloque de 2007 sur « Les réécritures des textes mérovingiens », les contributeurs avaient conclu à la nécessité de mettre entre parenthèses les éditions du XIXe siècle, quelle que soit leur qualité par ailleurs, et de retravailler à partir des plus anciens manuscrits conservés, à la fois pour faire avancer l’histoire des légendiers, et donc celle des pratiques éditoriales des VIIe-IXe siècle, et pour progresser dans la connaissance de la langue latine dite « mérovingienne ». Monique Goullet a donc déposé un projet dans le cadre des Ateliers trilatéraux Villa Vigoni (FMSH), et celui-ci a été retenu en juin 2008 ; le LAMOP est donc porteur de ce projet.

Les origines de l’édition hagiographique médiévale (VIe-VIIIe s.) sont encore à la recherche de leur histoire, les pratiques langagières de la même époque (dite« mérovingienne » en pays franc) également. Par une observation et une étude systématiques et minutieuses des pratiques des copistes des plus anciens manuscrits hagiographiques conservés, ce projet se donne pour but de faire progresser simultanément l’état des deux questions, en donnant à interpréter par l’historien, le philologue, le linguiste, des textes vierges de toute intervention des éditeurs modernes. Il s’inscrit donc à la fois dans le cadre de la proto-histoire des légendiers et dans les travaux actuels de la sociolinguistique, l’idée qui sous-tend notre démarche étant que seul un retour aux manuscrits hagiographiques les plus anciens permettra de vérifier et de faire avancer les modélisations langagières proposées par la théorie linguistique la plus avancée pour rendre compte des traits du latin « mérovingien » et du passage au proto-roman.

 Projet :

Expertise des textes mérovingiens dans leurs plus anciennes versions manuscrites
Tous les historiens et philologues spécialistes du haut Moyen Âge se heurtent à un écueil de taille lorsqu’ils travaillent sur les sources mérovingiennes : parmi celles-ci, très peu nous sont parvenues dans des manuscrits contemporains de la rédaction des œuvres (VIe s.-première moitié du VIIIe s.) et beaucoup d’entre elles ont été éditées selon des principes scientifiques aujourd’hui dépassés. Il y a donc un écart considérable entre ce qu’on peut entrevoir du texte original et ce que nous lisons. Ceci entraîne évidemment des conséquences graves sur le plan historique, mais aussi sur le plan philologique : notre connaissance de la langue et de la culture mérovingiennes reste tout à fait tributaire des éditions. Or un examen systématique du corpus hagiographique – le corpus le plus significatif de cette période d’un point de vue quantitatif autant que qualitatif – pourrait permettre des progrès en ces domaines, à partir d’une analyse et d’une comparaison détaillée des plus anciens manuscrits conservés. Les Vies de saints, maintes fois réécrites durant tout le Moyen Âge, offrent le meilleur observatoire possible pour retrouver un état ancien du texte à partir des modifications survenues au fil des copies.
Le projet Expertise des textes mérovingiens dans leurs plus anciennes versions manuscrites a démarré en septembre 2008, pour une durée de trois ans. Il réunit une vingtaine de chercheurs français, allemands et italiens, auxquels sont venus s’adjoindre des partenaires belges, néerlandais, autrichiens et anglais, extérieurs au réseau trilatéral France-Italie-Allemagne prévu par ce type de projet, et donc auto-financés.

 Equipe

Porteur du projet : Monique Goullet, directrice de recherche au CNRS (latin médiéval), directrice du LAMOP.
Le LAMOP est porteur institutionnel du projet.

Partenaires institutionnels :
1) Mission Historique française à Göttingen, dirigée par Thomas Lienhard, maître de conférence d’Histoire médiévale à l’Université Paris1, membre du LAMOP ;
2) Institut historique allemand de Paris, dirigé par Mme le Prof. Dr. Gudrun Gersmann.

Membres (appartenant aux trois pays partenaires) :
a) France

  • Michel Banniard, professeur à l’Université Toulouse-Le Mirail et directeur d’études à l’EPHE (sociolinguistique diachronique romane) ;
  • Bruno Dumézil, maître de conférence d’Histoire médiévale à l’Université Paris X-Nanterre ;
  • Michèle Gaillard, professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Metz ;
  • Stéphane Gioanni, maître de conférence de latin à l’Université Paris1, membre du LAMOP ;
  • Cécile Lanéry, chargée de recherche à l’IRHT (latin médiéval) ;
  • Charles Mériaux, maître de conférence d’Histoire médiévale à l’Université Lille III ;
  • Christiane Veyrard-Cosme, maître de conférence de latin à l’Université Paris 3, membre associé du LAMOP.

b) Allemagne
Coordinateur : Michele Ferrari, Lateinische Philologie des Mittelalters und der Neuzeit (Leitung), à l’Université d’Erlangen.

  • Martin Heinzelmann, chercheur retraité de l’Institut historique allemand de Paris, membre associé du LAMOP (co-responsable du projet avec Monique Goullet) ;
  • Klaus Herbers, professeur d’Histoire médiévale à l’Université d’Erlangen ;
  • Gordon Blennemann, assistant de Kl. Herbers à l’Université d’Erlangen ;
  • Corinna Bottiglieri, Lateinische Philologie des Mittelalters und der Neuzeit (Dozentin) à l’Université d’Erlangen ;

c) Italie
Coordinateur : Ferruccio Bertini, professeur de littérature latine à l’Université de Gênes.

  • Sandra Isetta, professeur associé à l’Université de Gênes (Professore associato di Letteratura cristiana antica e Agiografia) ;
  • Sara Maria Margarino, Post-doctorante à l’Université de Gênes ;
  • Caterina Mordeglia, Post-doctorante à l’Université de Gênes ;
  • Maria Carmen Viggiani, Doctorante à l’Université de Gênes ;

- Conseil scientifique (avec participation éventuelle à certains ateliers) :

  • Paolo Chiesa, professeur à l’Université de Milan ;
  • François Dolbeau, directeur d’études à l’EPHE, Paris ;
  • Claudio Leonardi, SISMEL, Florence, Italie ;
  • Francesco Stella, professeur à l’Université de Sienne/Arezzo ;
  • Robert Godding, Société des Bollandistes, Bruxelles (hors pays partenaires)

- Expertise lexicographique :

  • Mechtild Pörnbacher, Mittellateinisches Wörterbuch, Munich.

- Collaborateurs hors pays partenaires :

  • Guy Philippart, professeur émérite à l’Université de Namur, Belgique ;
  • Institut für Mittelalter Forschung der Österreichischen Akademie der Wissenschaften (directeur : Walter Pohl) : Max Diesenberger, Helmut Reimitz ;
  • David Ganz, professeur à King’s College, Londres ;
  • Marieke Van Acker, collaboratrice scientifique (postdoctorante) à l’Université de Gand (Belgique)

 Publications à paraître

Le Légendier de Turin (Torino, Biblioteca Nazionale e Universitaria D.V.3), coordination Monique Goullet avec la collaboration de Sandra Isetta, Florence, SISMEL/Galluzzo, 2014 (avec un DVD). ISBN : 978-88-8450-516-3

Hagiographies. Histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550, vol. 6, sous la direction de M. Goullet, Turnhout, Brepols, 2014 (Corpus christianorum), à paraître fin mars. ISBN : 978-2-503-54747-3