Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Équipes de recherche > L’Église, corps social > Institutions d’enseignement de l’Occident médiéval > Etudier à Paris au Moyen Age

Etudier à Paris au Moyen Age

La population étudiante à Paris au Moyen Âge : les institutions et les hommes
Responsable : Nathalie Gorochov

Le travail prend la forme d’un « fichier prosopographique des maîtres et étudiants parisiens entre 1200 et 1300 » créé depuis quelques années grâce à l’étude systématique de la documentation disponible : textes normatifs, littérature scolaire et archives ecclésiastiques, qui pallient l’absence de sources sérielles. Le fichier comporte actuellement environ 1 200 noms de maîtres et d’étudiants ayant fréquenté les écoles parisiennes au XIIIe siècle. Il permet de combler une vaste lacune historiographique, celle de l’histoire sociale de l’Université de Paris, qui demeure tout au long du Moyen Age le centre intellectuel majeur de la Chrétienté occidentale. Entre 1200 et 1300, des milliers de jeunes clercs y sont formés selon les méthodes pédagogiques les plus élaborées. La qualité de son enseignement et de ses débats intellectuels assure ainsi à l’Université de Paris un rayonnement sans égal. La peregrinatio academica est alors une pratique courante : la plupart des universitaires quittent leur région natale, voire leur royaume d’origine, pour étudier et parfois enseigner à l’étranger. L’Université de Paris attire des maîtres et étudiants issus de toute l’Europe, comme Bologne pour le droit ou Montpellier pour la médecine. Ce phénomène ne peut être mesuré précisément que par les progrès des études prosopographiques menées pour chaque studium. Et il est plus complexe qu’il n’y paraît, car la peregrinatio implique souvent la fréquentation successive de deux ou trois universités selon les études suivies : arts libéraux, puis théologie ou droit ou encore médecine. Ces « Erasmus » ont été d’actifs facteurs d’échanges de textes, de manuscrits et d’idées, d’une université à l’autre, d’un royaume à l’autre, et il apparaît nécessaire de retracer autant que possible l’itinéraire de ces hommes.

Mots-clés

Paris