X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

LaMOP » La recherche au LaMOP » Pouvoirs, gouvernement et domination

Pouvoirs, gouvernement et domination

Ce thème privilégie trois axes (ou sous-thèmes), dont l’unité est une réflexion sur les pouvoirs, leurs fondements et les conditions de leur affirmation. Ces trois axes ont donné lieu à plusieurs programmes dont les caractéristiques sont une complémentarité des questionnements, notamment sur le thème de la souveraineté, une démarche marquée du sceau de l’anthropologie politique et juridique, et une approche qui combine, à l’échelle de l’Europe, lectures comparatives et études de cas. Les recherches menées dans ce thème s’inscrivent donc dans une histoire politique renouvelée.

 

 

À ce thème participent ou ont participé vingt-deux chercheurs et enseignants-chercheurs du Laboratoire (Patrick Boucheron, Geneviève Bührer-Thierry, Julie Claustre, Marie Dejoux, Fabrice Délivré, Laurent Feller, Chris Fletcher, François Foronda, Claude Gauvard, Jean-Philippe Genet, Benoît Grévin, Robert Jacob, Laurent Jégou, Thierry Kouamé, Stéphane Lamassé, Élisabeth Lusset, Thomas Lienhard, Éliana Magnani, Aude Mairey, Régine Le Jan, Olivier Mattéoni, Hélène Noizet) ; huit doctorants (Mélissa Barry, Arnaud Lestremau, Lucie Malbos, Warren Pezé, Cléo Rager, Élisabeth Schmit, Marie-Emeline Sterlin, Anne Tournieroux) ; un ingénieur de recherche (Christine Ducourtieux) ; un chercheur en délégation (Olivier Canteaut) ; dix associés.

 

 

1. SOUVERAINETÉ ET ORDRE POLITICO-JURIDIQUE

 

Le premier axe, « Souveraineté et ordre politico-juridique », réunit quatre programmes liés entre eux dans leur réalisation autour de la question de l’écriture de la loi et du rôle des chancelleries.

 

Écriture de la loi


La question de l’écriture de la loi est abordée dans deux programmes, celui porté par Olivier Mattéoni L’écriture de la loi à la fin du Moyen Âge, pour l’espace français, et François Foronda pour l’espace castillan, intitulé Les fondements codicologiques de l'ordre juridique. L’accent mis dans ces deux approches sur la matérialité de la loi, traitée par le biais d’une étude des recueils d’enregistrement et des registres d’ordonnances, a surtout permis de poser à nouveaux frais la question de la diffusion de la loi et de sa réception par les administrations royales et les pouvoirs municipaux (cf. la table ronde de Paris, avril 2014, « Diffuser, recevoir, conserver. La loi du XIVe au XVIe siècle ». Si, pour la Castille, le projet de recherche devrait prochainement aboutir à une étude inédite par le porteur du projet dans le cadre de son dossier d’habilitation, pour la recherche sur la France, le projet sur la fabrique, la conservation et la diffusion de la loi est appelé à s’intégrer dans une entreprise plus large en coopération avec les Archives nationales qui projettent la numérisation des registres d’enregistrement des actes royaux au Parlement de Paris. À cette occasion, un travail systématique d’inventaire des registres est envisagé, pour saisir quels textes et quelles ordonnances le Parlement enregistrait, à quelle fréquence, et s’il émettait ou non des remontrances. À travers cette approche, il s’agit de réfléchir aux ressorts de l’enregistrement en France et aux raisons pour lesquelles la royauté française ne parvient pas à se constituer à la fin du XVe siècle un corpus cohérent et accessible de sa législation.

 

Diplomatique princière

 

Dans le prolongement de la problématique de l’écriture de la loi, qui pose en creux la question du rôle des chancelleries royales dans la mise en forme des grands textes normatifs, le programme sur la diplomatique princière confronte, à l’échelle du royaume de France pour les XIVe et XVe siècles, dans une démarche comparative, typologies, formules et rédacteurs des actes princiers. Par ce biais, il s’agit d’approcher les mécanismes d’imitation et de syncrétisme, voire de bricolage, qui font des actes des princes fleurdelisés un reflet, mais aussi un relais de l’acte royal. Porté par Olivier Mattéoni et Olivier Guyotjeannin (associé), ce programme, qui est adossé à un séminaire didactique, Paléographie et édition de textes, a une double ambition : d’une part, l’édition collective, avec les étudiants du séminaire, du corpus des actes du duc Jean de Berry (1360-1416) – à quoi s’ajoute l’édition par Olivier Mattéoni des actes du duc Louis de Bourbon (1356-1410) –, d’autre part, une contribution à l’étude de la diplomatique princière, dont il convient de constater qu’elle demeure partielle et encore insuffisamment travaillée pour la fin du Moyen Âge. Pour mener à bien ce double objectif, un partenariat a été engagé avec les Archives départementales du Cher qui conservent un nombre important d’actes de Jean de Berry. À l’occasion du 6e centenaire de la mort du duc de Berry, une rencontre scientifique autour de la thématique de l’écrit princier à la fin du Moyen Âge y a été organisée (cf. Journées d’étude, 16 et 17 juin 2016, « Jean de Berry et l’écrit. Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France », actes à paraître en 2018). Elle s’est accompagnée de la mise en ligne, sur le site des Archives départementales du Cher, de l’édition avec commentaire d’une partie des actes du duc de Berry pour la Sainte-Chapelle de Bourges entreprise par les étudiants du séminaire . Cette première salve de dossiers est appelée à être complétée par d’autres dossiers en 2017 et 2018. De même, le regeste de l’ensemble des actes du duc de Berry dans le fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges sera mis en ligne fin 2017. L’édition des actes de Jean de Berry (150 d’entre eux sont déjà prêts) et le séminaire, base matérielle de ce programme se poursuivra avec un élargissement aux actes de l’ensemble des ducs de Bourbon. Cette recherche sur la diplomatique princière est également une invitation à réfléchir à la question de l’existence d’une « souveraineté des princes » à la fin du Moyen Âge, ce qui entre en écho avec le programme sur les procès politiques, porté au sein du laboratoire par Olivier Mattéoni et Joël Blanchard (associé). Ce programme, qui s’achèvera en 2018, a donné lieu à plusieurs éditions de procès du règne de Louis XI (procès de Jacques d’Armagnac, procès posthume de Charles le Téméraire, procès des officiers du duc de Bourbon, procès d’Antoine de Chabannes et de Charles de Melun, ce dernier volume à paraître en 2018), et a été durant plusieurs années au cœur du séminaire de recherche d’Olivier Mattéoni  Pouvoirs, culture et pratiques politiques à la fin du Moyen Âge. Par ailleurs, une table ronde a été organisée en 2013 à l’université du Maine, sur le sujet « Le discours judiciaire à l’épreuve du pouvoir. Les procès politiques sous Louis XI ». Elle a permis de revenir sur le sens à accorder à ces nombreux procès, qui peuvent apparaître comme un moyen de gouvernement. La réflexion sur la justice s’est aussi déployée dans la recherche de Robert Jacob autour de la question de l’institution judiciaire et du sacré en Occident. Le livre, La grâce des juges, qu’il a publié en 2014 vaut par sa démarche qui fait appel à une vaste anthropologie comparative des rituels de justice entre l’Occident et le monde chinois.

 

2. SOUVERAINETÉ ET LANGAGE POLITIQUE

 

La question de l’écriture politique, qui irrigue largement les programmes du premier axe, est également au cœur des deux programmes qui constituent le deuxième axe, « Souveraineté et langage politique ».

 

Les vecteurs de l’idéel


Les « vecteurs de l’idéel » ont constitué un programme marquant. Il a été porté par Jean-Philippe Genet dans le cadre du projet ERC SAS (Signs and States), auquel plusieurs membres du laboratoire ont pris part. Si tous les outils développés grâce à l’ERC aident à mieux connaître la langue, la production du discours politique et les modalités de sa circulation, les travaux qui en résultent peuvent alimenter le programme proposé par Marie Dejoux intitulé Reformatio. Pour une histoire du transfert de l’idéal religieux de réforme au champ politique médiéval ». Il entend, dans une perspective comparative à l'échelle de l'Europe, dater l'apparition du lexique réformateur au Moyen Âge central, au sein des mondes ecclésiastiques et laïcs, d'en mesurer la diffusion face aux autres lemmes concurremment utilisés et partant, d'en comprendre le sens précis et les contextes favorables à la revendication d'un tel mot d'ordre. Cette dernière s’intéresse également à la justice de Saint Louis à travers un livre collectif et pourra entrer en écho avec la recherche sur les ordonnances et les registres du Parlement.

 

Écrits polémiques entre l’Église et l’État


La littérature politique et ecclésiologique est aussi au cœur du deuxième programme intitulé précisément Écrits polémiques entre l’Église et l’État. Papauté, conciles et pouvoirs séculiers (v. 1430-v. 1460) que porte Fabrice Délivré et dans lequel sont investis plusieurs membres et associés (Olivier Mattéoni, Élisabeth Schmit, Christine Barralis, Véronique Julerot et Émilie Rosenblieh). L’objet en est l’étude de l’importante production polémique (traités, libelles, discours) pour la période v. 1430-v. 1460, qui, aux confins de l’ecclésiologie et de la théorie politique, s'emploie à définir le(s) pouvoir(s) du pape, du concile général et des princes séculiers dans la communauté ecclésiale. Le premier volet de l’enquête a porté sur les débats issus de l'ordonnance de la Pragmatique Sanction de Bourges (1438) par laquelle Charles VII a fait bon accueil, dans le royaume de France, à la législation réformatrice du concile de Bâle (1431-1449). Cela a donné lieu à deux journées d’études (16 et 17 mai 2014, et 22 et 23 mai 2015), réunies sous le titre « La Pragmatique Sanction de Bourges dans tous ses états. Pouvoir, droit, ecclésiologie dans l’Europe du XVe siècle », dont les actes paraîtront en 2018. Par sa problématique qui aborde les questions des modalités de la réception de la Pragmatique Sanction dans le royaume, la recherche est en prise directe avec les recherches sur la fabrique de la loi, ci-dessus citées, et le dialogue entre les deux programmes est bien présent. La recherche est ici appelée à se prolonger lors du prochain quinquennal et les déclinaisons envisagent, outre une ouverture vers l’Empire pour ce qui est de la circulation des écrits polémiques ou encore de la réception des traités du concile de Bâle, de prendre en compte la façon dont les rapports entre l’Église et les princes se sont déclinés au XVe siècle à travers les accords de concordats. L’attention portée aux acteurs, c’est-à-dire d’abord aux auteurs des écrits polémiques, est un point important de cette recherche, et il y a là un point commun avec le programme « Les Vecteurs de l’idéel », déjà cité.

 

3. RÉGIMES DE DOMINATION

 

La question souveraine, au cœur des deux premiers axes du thème, trouve enfin des prolongements dans l’axe dédié à l’étude des « Régimes de domination ».

 

L’exclusion au haut Moyen Âge


La chronologie couverte de cet axe de recherche est ici plus large puisqu’elle comprend un premier programme sur « L’exclusion au haut Moyen Âge », mais dont les réflexions sont utiles aux médiévistes qui travaillent sur l’exclusion politique à travers le prisme des procès de la fin du Moyen Âge (cf. supra). Lancé en 2012, ce programme, porté par Geneviève Bührer-Thierry, Régine Le Jan et Sylvie Joye (associée), a été conçu, en partenariat avec l’École française de Rome, plusieurs universités européennes et deux universités brésiliennes. Inspiré par la réflexion sociologique sur les institutions et l’individu, sa réalisation a montré tout l’intérêt de la question de l’exclusion pour réfléchir aux relations complexes entre individu et société. A été notamment questionné le rôle de l’autorité et des autorités dans le processus d’exclusion de l’individu, de même que les modalités du processus et les réactions qu’il a suscitées. Trois colloques ont été organisés en 2012, 2014 et 2016. Les actes ont été publiés pour le premier (L’exclusion de la société chrétienne par l’excommunication), ils sont sous presse pour les deux autres (La construction du sujet exclu, et Richesse, pauvreté et exclusion).

 

Enfermements


Le programme Enfermements, lancé en 2009 et porté par plusieurs, et au sein du laboratoire par Julie Claustre et Élisabeth Lusset, a fait le choix d’un questionnement sur la longue durée (du Moyen Âge à la période contemporaine). L'objet de ce programme est de rapprocher analytiquement et de comparer les institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », autour du cas emblématique de l’abbaye-prison de Clairvaux. Le programme de recherche dans son ensemble se caractérise par sa transversalité thématique et chronologique : il croise deux historiographies séparées, l’historiographie religieuse et l’historiographie pénale. Contribution à l’histoire du gouvernement de l’Église mais aussi de l’espace, l’enquête s’est déclinée lors de colloques internationaux autour de plusieurs thèmes : une première réflexion comparatiste sur la longue durée (2009, publication 2011), une autre sur le caractère normé des lieux d’enfermement (2012, publication 2015), une troisième sur les rapports que ces lieux tissent avec le masculin et le féminin (2013, publication 2017). Quant au thème des dispositifs spatiaux de l’enfermement, il adopte la forme originale d’un objet numérique, à savoir un webdocumentaire. Intitulé « Le cloître et la prison : espaces de l’enfermement », il est en cours de réalisation et sa mise en ligne est prévue pour janvier 2018. Par ailleurs, l'étude comparée transpériode des liens entre travail et enfermement est l’objet d’étude des prochaines années : il s’agit d'envisager non seulement les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux, prisons en particulier) ont historiquement organisé le travail en leur sein, mais aussi l’ont conçu : que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrants… Pour la partie médiévale et monastique, des rapprochements avec le programme « Économies cisterciennes » du LaMOP se sont d’ores et déjà dessinés.

 

Masculinité


La question de la domination est enfin abordée à travers le programme qui a été porté au sein du laboratoire par Chris Fletcher pour interroger le rôle politique de la masculinité. Une rencontre internationale s’est tenue à l’université de Londres à Paris en septembre 2013. Elle a été le prélude à une publication internationale à paraître en décembre 2017 : The Palgrave Handbook of Masculinity and Political Culture in Europe (à paraître en 2018).

 

Imperialiter


Enfin, la participation du LaMOP au programme international Imperialiter (2017-2021), copiloté par l’École française de Rome et la Casa de Velázquez, et soutenu par vingt-cinq institutions différentes de cinq pays (France, Italie, Allemagne, Canada, Espagne) souligne l’ancrage du laboratoire à la pointe des dynamiques d’étude des reconfigurations du pouvoir durant le bas Moyen Âge et la transition vers l’époque moderne. Cette collaboration d’ampleur inédite vise à cartographier la « captation » du concept d’Empire dans tous ses aspects (symboliques, juridiques, institutionnels, communicationnels) du XIIIe au XVIIe siècle, par les pouvoirs européens non-directement assujettis à l’Empire, de la France à la papauté en passant par l’Angleterre et la Castille. De nombreux chercheurs du LaMOP (François Foronda, Benoît Grévin, Fanny Madeline, Aude Mairey, Olivier Mattéoni…) participentt à ce programme qui permet d’articuler leurs compétences territoriales différentes (péninsule ibérique, Italie, France, Angleterre…) avec leur questionnement général sur la redéfinition du pouvoir en Occident.

 

Pouvoirs, gouvernement et domination

1. Souveraineté et ordre politico-juridique

Écriture de la loi ; Diplomatique princière; Procès politiques.

2. Souveraineté et langage politique

Les vecteurs de l’idéel ; Reformatio ; Écrits polémiques entre l’Église et l’État.

3. Régimes de domination

L’exclusion au haut Moyen Âge ; Enfermements ; Masculinité.

Et un Programme international

Imperialiter